Mon ressenti en image.

Mon ressenti en image.

À la fin de mon BAC Pro en 2011, suite à la rencontre entre ma professeure principale et ma mère, j'avais décidé de faire des recherches sur internet. En effet, parfois ma mère aime à me prendre pour une "surdoué", surtout en ce qui concerne l'explication de mon comportement en classe. N'adhérant moi-même pas du tout à cette hypothèse, j'avais recherché sur le net un moyen de la démentir. C'est alors que j'ai découvert le forum Zebras Crossing qui parlait aussi d'un étonnant syndrome: le syndrome d'Asperger.

À l'époque, la découverte de se syndrome m'avait procuré un immense soulagement. Je me reconnaissais beaucoup dans la description du syndrome ainsi que dans le témoignage de personnes vivant avec celui-ci. Je n'avais pour autant pas cherché à en savoir plus, le simple fait de me dire que ce pouvait être cela, la réponse à tant de questions, me suffit. Puis ce fameux Hans Asperger sortit de ma tête, emmenant le nom de son syndrome avec lui.

C'est alors qu'il revint en force, en ce milieu d'année 2014. Les événements récents m'ayant fait me rendre compte de mes difficultés ainsi que de mon comportement, la question du syndrome d'Asperger se posa à moi, plus forte que jamais.

Vendredi 8 août, je décidai alors de m'inscrire sur deux forums dédiés au syndrome, dont notamment le forum de l'association ASPERANSA. C'était comme si la question du syndrome me brûlait de l'intérieur, il fallait que je sache. À partir de ce moment, je lu beaucoup sur le syndrome. J'appris aussi qu'il existait peut-être d'autres noms à mes problèmes: TED, TDA, TDAH. Quoi qu'il en soit, il fallait que je sache.

Mercredi 13 août, après une matinée de travail, je me décidai alors d'aller directement au CRA Île-de-France. Ce ne fut pas simple pour moi. Il n'y avait pourtant qu'une porte à franchir. Mais cela signifiait alors tellement pour moi que je du rester devant trente minutes, à marcher en huit de chiffre en m’imaginant ce que je pourrais bien dire et comment cela pourrait ce passer pour essayer de me calmer. Je fini tout de même à réussir à pousser cette dite porte et, après un sursaut à cause de la sonnette d'entrée, je fut accueilli chaleureusement. Mes trente minutes d’hésitation à l'extérieur m'ont fait louper la psychologue pour adulte mais je pu tout de même rencontrer la pédopsychologue. Je ressorti enfin du CRAIF avec les coordonnés de deux hôpitaux à contacter pour demander un diagnostic.

C'est ainsi que le 5 septembre, j'allais déposer ma lettre de demande de diagnostic directement au secrétariat de l'hôpital Albert Chenevier de Créteil. J'avais joint à celle-ci un cahier dans lequel j'avais recopié mon texte "Aujourd'hui je suis née" ainsi que des listes concernant mes manies ou les choses que je ne supporte pas.

Édit: En ce qui concerne m démarche de diagnostic, La machine est lancée !

Retour à l'accueil